Utilisation du QNH lors des Compétitions FFVV   23 janvier 2011

Dans une mise à jour de la note permanente 4.1 relative à l’organisation des compétitions, la commission sportive a revu les règles concernant le respect des espaces aériens et notamment introduit l’utilisation du QNH réel :

L’organisation définit l’espace aérien sportif de la compétition au moyen d’un ou plusieurs fichiers informatiques au format OpenAir. L’organisation publie sur la fiche d’épreuve le QNH du jour ainsi que les altitudes QNH correspondant aux niveaux de vol utilisés dans l’espace aérien sportif afin depouvoir contrôler les niveaux de vol (FL). Lors de chaque briefing journalier l’organisation listera de façon non ambiguë les zones interdites et les zones autorisées. Toute pénétration dans un espace interdit sera sanctionnée par les pénalités indiquées en Annexe B : Tableau des Pénalités. Afin de pouvoir contrôler correctement son niveau de vol (FL), avant le décollage, il est indispensable d’insérer dans ses calculateurs le QNH du jour et l’altitude de décollage.

Cette mesure est importante car elle permet plus de précision et de sécurité, notamment pour le respect des altitudes exprimées en Niveau de Vol. L’utilisation du tableau de conversion standard est donc fortement conseillée. Vous pouvez télécharger ce document ici :

Table de Conversion des Niveaux de vol

Cette note permanente revoit aussi le système de pénalités dans le plan vertical et horizontal, pour mieux tenir compte de la précision des enregistreurs.

Tags : ,
Cette entrée a été publiée le dimanche 23 janvier2011 à 8 08 04 01041, et rangée dans Formation, Outils FFVV. Vous pouvez suivre les réponses à cette entrée via son flux RSS 2.0.Vous pouvez laisser un commentaire, ou faire un rétrolien depuis votre site.

2 réponses

20 février 2011 à 7 07 11 02112
Hallot Hervé écrit :

Bonjour,
on ne peut pas établir ainsi une conversion d »altitude MSL en niveaux de vol (altitude pression) sans connaître la température moyenne de la tranche d’air entre le niveau de pression QNH et le niveau de pression FL.Et cette température évolue constamment.
Mieux vaut utiliser son altimètre calé 1013 pour respecter des planchers de zone en FL; il est fait pour cela et il vous fait le calcul tout seul!
Si un organisateur de concours veut vérifier que ces niveaux ont été respectés, si les informations verticales de l’enregistreur de vol sont des altitudes géométriques, il lui faut récupérer les données aérologiques du jour pour calculer les altitudes MSL correspondantes sans oublier de retrancher le GUND (écart WGS84/MSL d’à peu près 60 mètres en France) pour avoir une valeur non contestable.

23 février 2011 à 9 09 50 02502
adminespace écrit :

Bonjour Hervé,
dans le cadre de l’organisation d’une compétition, il n’est pas possible d’intégrer ce paramètre de température. Par ailleurs les logiciels de déloggage ne l’intégrent pas non plus.
Dans un souci d’équité, la seule solution est de définir un « espace aérien sportif » avant le début de l’épreuve en communiquant au briefing les altitudes AMSL correspondant aux niveaux de vol maximums autorisés, même si ce ne sont pas les valeurs réelles.
Le déloggage et la vérification des altitudes du vol est effectué en recalant le barographe sur l’altitude du terrain de départ.
Il s’agit donc d’une approximation mais elle va dans le sens de la sécurité puisqu’avec cette méthode les altitudes sont minorées.
Cette méthode simple a l’avantage de pouvoir être également pratiquée en club, puisque le calage 1013 est rarement utilisé par les vélivoles.

Laisser un commentaire